Le ciment

Ce sont des poudres fines obtenues par la cuisson à haute température (1450°C) et le broyage d’un mélange minéral (calcaire, argile, marne.)
Ces poudres constituées de silicates et d’aluminates de chaux s’hydratent en présence d’eau pour donner naissance à un matériau solide, ainsi les sels minéraux amorphes, anhydres et instables s’hydratent en présence de l’eau en donnant un nouveau système de constituants hydratés stables. La formation de cristaux en aiguille plus ou moins enchevêtrés produit la ‘‘prise’’. Cette réaction chimique d’Hydratation s’accompagne d’un dégagement de chaleur plus ou moins important selon les ciments et la rapidité de prise.
Cette capacité de durcir sous l’eau a conféré aux ciments la dénomination de ‘’Liants Hydrauliques’’,La norme NM 10.01.004 donne la classification suivante pour les ciments usuels :

  -CPA : (Ciments Portlands Artificiels) ils contiennent au moins 97 % de clinker, le complément étant généralement des fillers.

  -CPJ : (Ciments Portlands Composés) ils sont constitués d’au moins 65% de clinker, le reste étant l’un ou plusieurs des constituants cités précédemment

 -CM : Ciment à Maçonner, ils sont constitués d’au moins 50%  de clinker et d’un ou plusieurs constituants secondaires.

D’autres ciments à caractéristiques spécifiques exitent tels les Ciment prise mer Pour une stricte conformité des ciments fabriqués, aux classes et aux sous-classes de résistance définies par la norme, tous les fabricants effectuent des autocontrôles continus en parallèle à des contrôles réalisés par les organismes agrées

Les granulats

Les granulats (sables et gravillons)  proviennent essentiellement du concassage massive et de sources alluvionnaires ou dunaires, de type calcaire majoritairement.
Les granulats sont caractérisés par :
des caractéristiques intrinsèque (caractéristiques mécaniques et chimiques), liés au gisement et influencent directement les caractéristiques du béton notamment la durabilité des caractéristiques induits (teneur en fines, forme, granulométrie) liés au mode de production et influencent la rhéologie du béton : la demande en eau et la maniabilité

Les adjuvants

Ces éléments, ajoutés au béton en faible quantité améliorent ses propriétés, il en existent plusieurs types, dont les plus courants sont :
–   Les plastifiants optimisent son ouvrabilité.
–   Les réducteurs d’eau réduisent la quantité d’eau de gâchage et améliore donc la résistance du béton
–   Les super plastifiants ont un effet double : plastifiants et réducteurs d’eau.
–   Les accélérateurs de prise abrègent le temps de prise du béton : ils sont utilisés, à titre d’exemple, pour les bétonnages par temps froid.
–    Les retardateurs de prise ont un effet contraire et permettent d’allonger le temps de prise du béton : ils sont utilisés par temps chaud ou pour de longs trajets à titre d’exemple.
–     Les hydrofuges de masse réduisent l’absorption capillaire du béton, qui devient plus imperméable aux liquides : ils sont utilisés pour des ouvrages devant contenir de l’eau tels que les réservoirs.
–    Les entraîneurs d’air incitent la formation de petites bulles d’air stables et uniformément réparties dans la masse du béton, chose qui lui confère une résistance aux actions combinées du gel/dégel notamment dans les régions à fort différentiel de température

L'eau de gâchage

L’eau permet deux actions : l’hydratation du ciment et l’ouvrabilité du béton. L’eau doit être propre et incorporée en quantité précise car son excès augmente la porosité du béton et réduit ses résistances mécaniques.